image
image
image
image

 

Manipulations vertébrales : information destinée aux patients

 

 

 

 

Présentation

L’obligation légale imposée aux médecins de donner aux patients  une information intelligible, exacte et exhaustive sur les traitement qui leur sont proposés, et d’obtenir leur consentement éclairé  avant de réaliser tout acte technique, a déjà conduit un groupe de travail du Conseil National de Rhumatologie à rédiger et proposer une “Notice d’Information sur les Infiltrations”. Une démarche identique a été mise en place à l'initiative de la Société Française de Médecine Manuelle Orthopédique-Ostéopathie (SOFMMOO) pour rédiger la “Notice d’Information sur les Manipulations” qui suit. La SOFMMOO a en effet été mandatée pour rédiger un tel document et le soumettre à l’Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation de la Santé (ANAES).

 

Une Commission de Travail pour la rédaction de ce document a été mise en place par le Conseil  d’Administration de la SOFMMOO et a regroupé des membres de notre société, dont certains appartenaient aussi à d’autres groupements concernées par la Médecine Manuelle-Ostéopathie. Ce sont les Drs et Pr :
  • François DUMONT, MPR.
  • Michel BACHOT, Généraliste, Secrétaire Général de la Société Française d’Ostéopathie.
  • Georges BERLINSON, Rhumatologue, Ancien Président de la Fédération  Francophone des groupes d’Enseignement et d’Etude de Médecine Manuelle Ostéopathie.
  • Jean-Claude GOUSSARD, MPR, Association Nationale des Médecins Spécialistes de Rééducation.
  • Jean-Louis MATHIEU, Généraliste, Secrétaire du Syndicat de Médecine Manuelle Ostéopathie de France.
  • Norbert TEISSEIRE, MPR.
  • Philippe VAUTRAVERS, MPR.

 

Ont également collaboré à ce travail:

  • Dr Martine DELLUS, Rhumatologue, Syndicat National des Médecins Rhumatologues
  • Dr Pierre LEBRUN, Rhumatologue, Secrétaire Général du Syndicat National des Médecins Rhumatologues
  • Dr Pierre MONOD, Rhumatologue, Vice-Président du Syndicat National des Médecins Rhumatologues
  • Dr Marie-José TEYSSANDIER  Secrétaire Général de la SOFMMOO
  • Dr Gilles MOREAU - 70000 Vesoul
  • Dr Jean-Claude MARLIAC - 47000 Agen
  • Dr Claude TEMPEL  - 06000  Nice

 

 

Ce document peut être imprimé et distribué aux patients. Ils peuvent aussi en prendre connaissance sur ce site.

 
Notice d’information destinée aux patients
 

Votre médecin peut vous proposer un traitement comportant des manipulations vertébrales. Il a reçu pour celà une formation spécifique en Médecine Manuelle Ostéopathie.

I - Qu’est-ce qu’une manipulation vertébrale ?

Il s’agit d’une « mobilisation passive qui tente d’entraîner les éléments d’une articulation ou d’un ensemble d’articulations plus loin que leur jeu habituel, et jusqu’à la limite du jeu anatomique normal. C’est une impulsion brève, sèche et unique qui doit être exécutée à la fin d’un jeu passif normal. Ce mouvement s’accompagne habituellement d’un bruit de craquement ou de claquement. » (Pr. R. Maigne). Les vertèbres manipulées bougent légèrement l’une par rapport à l’autre mais elles reviennent immédiatement à leur position de départ. Il n’y a donc aucune "remise en place". En revanche, l’étirement très sec des muscles périvertébraux, du disque et des articulations intervertébrales est bénéfique. Ces structures anatomiques interviennent dans la douleur. Il peut résulter de leur étirement une détente musculaire et une meilleur mobilité de votre colonne, donc une amélioration de vos douleurs.

La manipulation que votre médecin vous propose résulte d’un diagnostic déterminé grâce à deux étapes obligatoires :

  • La première est celle des questions que l’on vous pose et qui permettent de connaître toutes les affections et les symptômes dont vous souffrez, l’historique de vos douleurs actuelles et l’efficacité des traitements que vous avez eus auparavant.
  • La seconde est un examen clinique complet qui comporte un bilan de l’état de vos os, articulations, muscles, etc., un examen neurologique et un examen de votre colonne vertébrale.
La manipulation est précédée et parfois remplacée par des manœuvres de mobilisation. Ces dernières consistent en des mouvements répétés, progressifs et élastiques sans impulsion, auxquelles on peut associer diverses techniques manuelles de contractions, relâchements et étirements des muscles. Une manipulation n’est proposée que pour une souffrance mécanique bénigne d’une articulation.

II - Quand est-elle indiquée ?

 

Seul un examen médical complet (y compris de votre colonne) permet de savoir si une manipulation vertébrale peut vous améliorer. Par exemple, les douleurs liées à un blocage modéré du jeu vertébral ou à une tension musculaire douloureuse sont de bonnes indications. En revanche, la présence d’une inflammation rend la manipulation peu ou pas efficace. Votre médecin saura choisir le traitement le plus adapté à votre cas.

 

III - Comment se passe un traitement par manipulation ?

 

La manipulation est précédée de manoeuvres de mobilisation de la colonne (mouvements répétés, progressifs et élastiques, sans impulsion), et de diverses techniques manuelles de contraction, de relâchement, et d’étirement des muscles du dos ou du cou. Ces manoeuvres permettent au médecin de s’assurer de la « faisabilité » de la manipulation.

La manipulation en elle-même est une manœuvre indolore. Une ou plusieurs séances peuvent être nécessaires (deux à trois selon les cas). L’indication d’une nouvelle manipulation dépend des résultats de la manipulation précédente et du nouvel examen clinique.

Vous devez signaler à votre médecin des éléments importants

  • Si vous avez déjà été manipulé : quand, pourquoi, par qui et avec quels résultats. Mais aussi :
  • Un diabète.
  • Un ulcère de l’estomac ou du duodénum.
  • Une hypertension artérielle.
  • Un accident vasculaire cérébral.
  • Des vertiges ou des malaises.
  • Si vous avez déjà été opéré ou si vous devez l’être.
  • Si vous êtes enceinte.
  • Tous les traitements que vous prenez (et notamment les anticoagulants).
     

IV - Quels sont les risques des manipulations ?

 

Comme pour les médicaments ou les infiltrations, les manipulations peuvent entraîner des incidents et des accidents.

  • Les incidents passagers se rencontrent dans 20% des cas et ne doivent pas vous inquiéter :
    Une baisse de la capacité à maintenir son corps dans sa position habituelle (diminution du tonus postural). Ce phénomène est accompagné d’une sensation de fatigue qui apparaît au cours des heures suivant la manipulation. Cet état est de courte durée.
    Une augmentation des douleurs qui vous avaient amené à consulter votre médecin, et qui disparaissent dans les 2 à 3 jours.
  • Les principaux accidents sont extrêmement rares :
    Aggravation des lésions avec des douleurs intolérables (hyperalgie).
    Fracture (de côte ou de vertèbre en cas d'ostéoporose majeure).
    S ciatique compliquée de paralysie des muscles de la jambe ou du pied.
    N évralgie cervico-brachiale : douleur du bras ou de l’avant-bras et de la main compliquée de paralysie des muscles.
  • Les accidents dramatiques qui sont très rares (environ 1 cas pour un million de manipulation de la colonne cervicale) :
    Tétraplégie ou paraplégie (paralysie des quatre membres ou de deux membres), en particulier en cas de manipulation d'une vertèbre cancéreuse.
    Syndrome de la queue de cheval qui entraîne des troubles ou une paralysie des sphincters (1 cas pour plusieurs millions de manipulations de la colonne lombaire).
La majorité de ces accidents plus ou moins rares est la conséquence :
De l’absence de formation du manipulateur ou de l’exécution de ces manipulations par des personnes qui ne sont pas habilitées à la faire…
D’une manipulation non justifiée par votre maladie.
Du non respect des contre-indications médicales ou techniques.
De l’absence des règles de prudence élémentaire que comporte un examen clinique.
De l’absence d’examens complémentaires lorsque cela est nécessaire.
De l’absence de radiographie pour certains cas.
De manœuvres forcées ou trop énergiques.

Les accidents sont extrêmement rares si les indications et les contre-indications sont respectées.

V - Peut on éviter ces exceptionnels accidents dramatiques ?

 

La société scientifique professionnelle à laquelle appartient votre médecin (la SOFMMOO) recommande de ne pas utiliser certaines  manipulations du cou chez les femmes de moins de 50 ans. Il existe d’autres techniques de traitement manuel, tout aussi efficaces.

 

 

VI - Que faire après une manipulation ?

Vous devez en priorité éviter tout mouvement ou tout effort intempestif, et ce sans obligatoirement vous reposer.
Vous devez suivre les conseils de votre médecin qui vous expliquera comment positionner votre corps.
Vous devez noter soigneusement les médicaments pris et surveiller l’évolution de vos douleurs (HORAIRES, DUREE, ENDROIT DU CORPS OU ELLES ONT LIEU…).
Vous devez appelez votre médecin en cas de perte de sensibilité ou de faiblesse musculaire, en cas de vertiges et en cas de troubles visuels.

 

En cas de doute : appelez votre médecin.



image
 
image
image
image